Publier vos poèmes, nouvelles, histoires, pensées sur Mytexte

Comment dire ? par ficelle


inscription

Comment dire ?

Comment faire ?
Comment dire ?


A lui, je ne saurais le dire,
alors à cette page, je crois pouvoir me livrer.
Je crois qu'il me manque,
je crois même qu'il me manque furieusement.
Les mots, les émotions s'entrechoquent
là, dans cet espace qui est un peu mon cerveau et
un peu ce qui me reste de coeur.
Oh ! rien de grave !
Juste une foule de ressentis,
tous subtilement cachés par la peur.
Cette peur...
toujours la même,
celle qui paralyse.
Celle qui est de ne pas savoir faire la fille,
la fille qui tortille ses cheveux entre ses doigts,
le regard mi-absent, mi-consentant.
Ce regard, je ne l'ai pas.
Car je ne le ressens pas comme ça.
Voilà.

Alors, je reste là, avec mes envies
de parole.
et de partage
et je joue à la forte,
refoulant ma fragilité...

Comment lui dire, alors,
qu'il me manque ?
simplement.

 

"Toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l'auteur est interdite"

Style : Poème | Par ficelle | Voir tous ses textes | Visite : 4192

Coup de cœur : 9 / Technique : 10

Commentaires :

pseudo : asicq

A te lire, tu es féminine, nul doute là dessus. quand à te donner un conseil, j'en suis bien incapable et je m'en préserverai. peut-être que tu devrais ne pas essayer d'être, mais être. Plaisir du partage, de te lire. Merci ficelle

pseudo : monalisa

RESTE TOI MÊME FICELLE: JEUNE JOLIE SYMPATHIQUE AVEC UN BEAU SOURIRE UNE DÉLICATESSE UNE ÂME PASSIONNÉE!!! TON POÈME EST BIEN LE REFLET DE TA BELLE PERSONNE. MERCI POUR TON COMMENTAIRE. AMITIÉ

pseudo : deborah58

Et si tu lui faisais lire ce poème Ficelle ? Je pense qu'il n'y a pas plus beau message d'amour que ces quelques vers que tu viens d'écrire pour lui... Amitiés et au plaisir de te lire sur Mytexte !

pseudo : obsidienne

j'aime ce poème, j'aime cette pudeur, j'aime aussi ce qu'il pose d'universel dans nos difficultés à dire les choses, d'abord pour les faire exister et pour les vivre, j'aime aussi ce qu'il ne tente pas de faire : proposer de fausses solutions. Oui, j'aime ce poème

pseudo : Najah hamid

Tu crois qu'il te manque, tu crois ? ; tu crois même qu'il te manque furieusement. Donc c est sur, il te manque passionnément…il te manque à la folie…tu as Juste une foule de ressentis...Juste une foule ? Waw…mais, TOI tu joue à la forte, refoulant ta fragilité...tu ne veux pas...tu ne peux pas …inquiète tu poses des questions...Comment faire ? Comment dire ? Au début de ton poème…aussi tu achèves tes dires par des questions ? Comment lui dire, alors, qu'il te manque ? Simplement…il te manque franchement…et tu restes là , jouant au forte, refoulant ta fragilité... ...tu veux lui dire cette absence...ce manque mais tu ne peux pas …tu ne peux pas. T as peur... Car tous subtilement cachés par la peur. Cette peur...,. Cette peur...toujours la même, celle qui paralyse. Oh ! Rien de grave ! Mais c est très très grave…car ce poème m a bousculé…j ai faillis tomber trois fois…et je me suis blotti contre lui...en le relisant douze fois à la même minute successive. Sans m apercevoir...comme ci, je voulais l apprendre …le prendre...le comprendre...le saisir. L attraper…tes dires sont … je ne saurais le dire…toujours quand, je te lis j apprends…merci ficelle…. Comment faire ? Comment dire ? Comment faire ? Comment dire ? Comment ? Et tu as tout dit...Tout..Surtout à propos de son regard .surtout à propos de la fille qui tortille ses cheveux entre ses doigts, le regard mi-absent, mi-consentant. Ce regard, tu ne l’as pas. Car tu ne le ressens pas comme ça. Voilà. C est tout...je crois presque tout...

pseudo : David

A mon avis, je trouve que cette une belle déclaration, et suis d'avis avec Deborah, lui dire comme tu nous l'écrit, il ne peut rester indifférent, c'est très beau.

pseudo : ficelle

Merci àtous pour vos commentaires si enrichissants, si tous différents, et pourtant si généreux.

pseudo : Claudie Becques

Il est tellement difficile de dire à ceux qui nous entourent qu'on les aime ! On se laisse empêtrer par la pudeur et les mots ne sortent pas... Alors il est bon quelquefois d'être désordonnée et laisser traîner négligemment ses écrits... Bonne chance ficelle ! Clo

pseudo : L.

En tant que spécialiste éminent de la question (j'ai un Master en "To Say or not to Say"), et tout en sachant bien que les conseilleurs ne sont pas les payeurs : la question du "comment" ne devrait pas être abordée sous l'angle du "le pourrais-je ou ne le pourrais-je pas ?", mais sous celui du "de quelle façon vais-je pour rendre ce "tu me manques" inoubliable ?"... La vie est beaucoup trop courte, et trop terne, et trop triste, et trop précieuse, et trop banale, et trop extraordinaire, et trop fantastique, et trop unique pour les hésitations, pour les regrets, pour les angoisses existentielles. Comment ? En regardant les étoiles, en te disant qu'à leur échelle, quoi qu'il se passe, ça n'aura aucune importance. En regardant les étoiles et en te disant, aussi, qu'à ton échelle, au contraire, c'est vital. Ni plus, ni moins. La Vie, ce n'est que la Vie. Et c'est déjà Tellement ! "Comment", alors ? Je vais faire une chose qui ne se fait pas, traditionnellement : me citer moi-même, parce que je ne vois pas quoi répondre de plus circonstancié : Comme ça. Sans réfléchir. Comme on se lance, quand on n'a rien à perdre. Comme on se lance, quand on saute dans le vide. Sans penser à la chute. Sans penser au sol que l'on va heurter. En écartant les bras, en s'imaginant une paire d'ailes, en s'en sentant pousser et en espérant que ces ailes nous aideront à voler, nous sauveront de cette chute. (Et puis voilà !) (oh, et je commente le texte, quand même ! Rien à redire : son authenticité et sa justesse lui donnent juste ce qu'il faut de tragique et de lumineux pour en faire quelque chose d'Humainement Beau).

pseudo : ficelle

Merci Claudie, merci L. Merci !! j'adore vos commentaires à tous !! du bonheur en barre, rien de mieux que ça et qui encourage encore et encore à écrire.

pseudo : scribio

Ficelle, ton poême est trés touchant, ta fragilité refoulée, fait tout ton charme. Comment faire ? comment dire ? je ne serais pas de bon conseil, peut-être simplement de rester toi même. Bravo pour ton poême. A +

pseudo : Cécile Césaire-Lanoix

Joli poème où tu ouvres ton coeur avec tendresse, simplicité et authenticité. Nul être ne saurait rester insensible à cette belle déclaration. Il faut qu'il lise ce poème. Et si tu l'invitais à découvrir tes écrits sur Mytexte ? Il serait forcément amené à lire "Comment dire ?" ;-)

pseudo : volatile

Il est super joli, Ficelle, ton texte. Dis lui simplement: "Tu me manques" et vis!! Ton texte est super joli et je lis et relis les commentaires: ils sont aussi jolis que le texte qui les a suscités. Merci à toi, Ficelle.

pseudo : Laëti Denis

Ton poème est touchant, beau, bien écrit, c'est une joie ineffable de te lire. Personnellement, je ne sais pas si lui montrer ton poème serait une bonne idée, je te dis ça parce que moi je préfèrerais le garder pour moi, garder ces mots rien que pour moi et lui faie partager un jour peut-être mais pas tout de suite. C'est tellement précieux un poème parce qu'il vient du fin fnd de ton coeur avec des mots bien à toi. C'est difficile de dire ce que l'on ressent à quelqu'un mais comme dit L., la vie est courte et si l'on se pose contament des questions, on vit mal. Alors il faut te lancer en pensant à mille et une façon de le faire, de lui faire comprendre mais surtout ne pense pas, en aucun cas, à son éventuelle réaction, ne pense pas à la chute. Bon courage. Qui ne tente rien n'a rien. Au plaisir de te lire.

pseudo : folle7

C'est très touchant ficelle , ton texte est beau , c'est vrai comme a dis scribio pourquoi cette fragilité refoulée. restes comme tu es. Ca fait du charme et du bien être naturelle . en plus la vie est courte tu n a qu'a lui dire tu me manques il faut juste choisir le moment. il faut être spontanée, DÉCROCHES CE QUE TU VEUX c'est ca être forte .je crois, sincèrement c'est très touchant

pseudo : lol.mdr.xd

nul, archi nul je me suis enuyé a mort ... :0